Accueil / Santé

Santé
.................................................................

 

 

  Les crises les bouleversements, les maladies (accidents), nous servent d'indicateurs pour rectifier une trajectoire, explorer de nouvelles orientations, expérimentter un nouveau chemin de vie Carl Gustav JUNG 

 

Le message des « mal a dit »

"La maladie fait partie du chemin de conscience"  

"Ce sont dans les grands événements de notre vie, dans nos grands chocs, que s’inscrivent nos blocages, nos stress et parfois nos maladies».


La maladie : est-ce quelque chose qui nous tombe dessus sans que nous ne puissions rien faire ? 


Peut-on avoir du pouvoir sur la maladie et anticiper plutôt que subir ?


Si vous souhaitez me consulter sur ce registre santé vous pouvez venir me voir dans le cadre des thérapies brèves ou longues.


Extraits de mon livre :  LE BONHEUR DE CONSTRUIRE SA VIE Edition QUINTESSENCE


LES MALADIES, DITES-VOUS ?

Devant un problème physique quelconque : une dépression ou une maladie, si petite soit elle, nous souhaitons faire cesser très vite notre insatisfaction. Nous devons fonctionner coûte que coûte !

Nous sommes conditionnés à croire qu’un éternuement, un rhume vient

d’un coup de froid : le mal au dos provient d’un faux mouvement ; que si nous avons la bronchite, la grippe, c’est qu’un vilain microbe nous a rattrapés… 

 il n’est pas question dans ce discours de culpabilité du genre : « C’est de ma faute si je suis malade ou si mon enfant est malade. » C’est plutôt,  avoir du pouvoir sur sa vie en observant ses faits et ses gestes, en découvrant ce que nous nous cachons à nous-même.

Apprendre comment,  nous répondons aux diverses propositions extérieures, aux divers stress avec une réponse Biologique certe, mais dont l'origine est ailleurs  "le corps répond il ne détermine pas" ! C’est donc observer nos style de réponses à notre environnement, nos réactions instinctives afin de d'agir et non plus de réagir. L'outil de réparation par contre passe par le corps. C'est pour cela que j'utilise la conscience modifiée, la sophrologie, les états hypnotiques et toutes mes connaissances en psychobiologie.

 

......


Aujourd’hui, l’homme, avec sa pensée hypertrophiée, a tendance à ruminer ses joies comme ses peines, ce qui crée des répercussions biologiques. Lorsqu’enfin la résolution mentale d’un conflit arrive, il est parfois un peu tard car la personne a vécu le stress trop longtemps. Une partie de la réponse concerne l'individu et sa vision de la vie.

......
Parfois la souffrance vécue est tellement importante que le cerveau envoie d’énormes messages de réparation. Ceux-ci peuvent alors être fatals.

Mais, tout de suite, ce qui nous alerte : fatigue, fièvre, vomissement, inquiète notre conscience collective. Alors, la peur va très rapidement prendre le dessus et verrouiller le système par des pensées effrayantes pour le cerveau qui risque de ne pas guérir.

Et pourtant, nous pouvons comprendre par ce message qu’une manifestation physique est souvent le résultat d’un stress précédent.

Lorsque la maladie occupe le terrain, c’est que l’atteinte au niveau de l’énergie dure depuis un moment ou bien il s’agit d’un choc. Si c’est depuis la veille, ce peut être une petite maladie, comme un rhume ou un mal à la gorge, si la tension perdure plus longtemps le symptôme est plus grave.

Au départ, c’est une émotion déstabilisante, on ne se sent pas bien. Si nous trouvons une solution qui aide à lâcher le conflit très rapidement de façon pratique ou virtuelle, tout rentre dans l’ordre avec relâchement de cette tension.

Si nous continuons, bien malgré nous, à ne pas écouter notre ressenti et à nous obstiner dans la voie du mal-être, alors le cerveau met en route un programme à l’endroit du corps qui symbolise cette perception. C’est pourquoi nous parlons de psychobiologie, car c’est à travers le corps et les besoins fondamentaux de l’être humain qui ressemblent aux besoins fondamentaux des animaux, que nous trouvons le conflit d’origine.

Je vous propose de quitter le monde des peurs dans lequel nous baignons. Arrêter de voir une attaque du froid, du chaud, des virus à chacun de nos pas, d’autant plus qu’à chaque instant les virus font partie de nous, ils existent autour de nous, en nous, nous vivons avec. Pasteur, à la fin de sa vie, a dit : « Le microbe n’est rien, le terrain est tout » et

Antoine Bechamp, contemporain  de Pasteur, fut l’un des plus grands savants du XIXe siècle à  découvrir les messages de la "mal a dit", il disait :
"Les maladies sont tou
jours des processus de sauvetage ou de réparation - et de vie".



«Tout ce qui ne vient pas à la conscience... Ce qu'on ne veut pas savoir de soi-même... Ce que nous évitons de reconnaître en nous-mêmesnous le rencontrons plus tard sous la forme du destin.»

Carl Gustav JUNG 




Mes vidéos, Mes écrits, ... Soins Esseniens et Egyptiens


Newsletter

Pour être informé et recevoir mes actualités en temps réel

Un cadeau vous attends en signe de bienvenue


Informations confidentielles, Pourquoi vous inscrire ?